BRADBURY RAY

Ray Douglas Bradbury est écrivain américain, référence du genre de l’anticipation.

Il est célèbre pour ses nombreuses œuvres de science-fiction, ayant une préférence pour l'anticipation (sous-genre de la science-fiction). Il est particulièrement connu pour les "Chroniques Martiennes", écrites en 1950, "L'homme illustré", un recueil de nouvelles écrit en 1951 et surtout pour son roman de dystopie: "Fahrenheit 451", publié en 1953. En 1954, il reçoit le Prix Hugo du meilleur roman.
Il est également l'auteur des "Pommes d'Or du Soleil".

Ray Bradbury a aussi écrit sur la survie spirituelle de l'humanité, s'opposant au matérialisme de la société (notamment un des thèmes de "Fahreinheit 451").

Un prix a été créé en 1992, en son nom, qui récompense l'excellence d'une oeuvre dramatique présentée au cinéma, à la télévision, sur internet, à la radio ou encore au théâtre. Il est décerné par un regroupement d'auteurs de science-fiction, le "Science-fiction and Fantasy Writer of America". Ce prix remplace officiellement celui de "Nebula du meilleur scénario" qui datait de 1973.

En 2002, il reçoit la médaille de la "National Book Fondation", puis le 1er avril de la même année, l'auteur se voit attribué la 2193ème étoile du "Walk of Fame" à Hollywood. Le 22 août 2012, la NASA nomme en son honneur l'atterrissage effectué par le robot "Curiosity" sur Mars: "Bradbury Landing" ("Zone d’atterrissage Bradbury").

Ray Bradbury est un maître incontesté du récit de science-fiction, bien qu'il ne se soit pas considéré comme un écrivain centré sur un genre. Il estime lui-même avoir plus écrit de romans de fantasy que de science-fiction.

Ray Bradbury a écrit sur la survie spirituelle de l’humanité s’opposant au matérialisme de la société. Bien qu’il ait souvent été présenté comme un écrivain de science-fiction, Bradbury lui-même ne s’est jamais enfermé dans un type de narration : « Avant tout, je n’écris pas de science-fiction. J’ai écrit seulement un livre de science-fiction et c’est Fahrenheit 451, fondé sur la réalité. La science-fiction est une description de la réalité. Le fantastique est une description de l’irréel. Donc les Chroniques martiennes ne sont pas de la science-fiction, c'est du fantastique ». Bradbury se préoccupe peu de réalité scientifique, et pour cela fut peu reconnu des amateurs américains de SF « pure et dure »