DUFOUR CATHERINE

Catherine Dufour est une écrivaine et ingénieure informatique française.

Elle commence à écrire à l’âge de 7 ans, attend d’en avoir 30 pour décider qu’elle a appris le métier. Elle jette alors tout ce qu’elle a écrit jusque-là et publie, chez Nestiveqnen, son premier roman : "Blanche-neige et les lance-missiles" (2001), début de la série de fantasy humoristique "Quand les dieux buvaient", qui obtient le prix Merlin 2002.

En 2005, Mnémos publie "Le goût de l’immortalité", roman de science-fiction, qui reçoit de nombreux prix dont le Grand Prix de l'Imaginaire 2007. Vient ensuite, chez Baleine, "Délires d’Orphée" (2007), court roman de commande pour la série Club Van Helsing, texte étonnamment contemplatif pour une collection d’horreur. En 2008, Richard Comballot choisit pour le Bélial’ ses nouvelles du recueil "L’accroissement mathématique du plaisir". Cette fois, Dufour est entrée dans le cercle des auteurs et autrices qu’on guette en librairie.

Fantasy déjantée ou science-fiction speedée, ses textes sont très personnels. Elle a perdu jeune son compagnon d'une "longue et douloureuse maladie". De cette expérience, elle conserve un rapport particulier à la mort, la souffrance, l’attachement, qui transparaît dans ses textes, au premier rang desquels "Le goût de l’immortalité". De l’autre côté du cycle, mais également marquante, l’expérience de la grossesse et de l’enfantement, à l’origine de la remarquable et longue nouvelle, lauréate du Grand Prix de l’Imaginaire 2008, "L’immaculée conception", initialement parue dans la revue "Lunatique". Elle entre en 2012 chez Fayard avec "L'histoire de France pour ceux qui n'aiment pas ça". "La vie sexuelle de Lorenzaccio", sorti en 2014, est son onzième ouvrage.

En 2018 et 2019, Catherine Dufour anime plusieurs atelier d'écriture collective du projet Bright Mirror qui a pour objectif de libérer un imaginaire positif, pour contrebalancer les tendances actuelles aux dystopies dans les fictions. À la rentrée 2019, Dufour signe la première biographie française de l'inventrice de l'informatique Ada Lovelace : "Ada, ou la beauté des nombres".

Chroniqueuse au "Monde diplomatique", elle fonde le collectif Zanzibar avec d'autres auteurs de science-fiction.